KB Crawl Newsletter : témoignage 

« Chez Alma Consulting Group, le veilleur doit être un bon communicant. »

Le cabinet de conseil, Alma Consulting Group a une méthode d’intervention unique …

Dans ce numéro 2 de KB Crawl Newsletter, Estelle Guillemin nous relate comment le veilleur agit toujours comme « facilitateur » entre ses clients et une autre entité, admi­ nistration, entreprise, fournisseur. Présent dans les domaines des ressources humaines, du financement de l’innovation, des taxes, subventions et partena­ riats, des achats, des droits d’auteurs, il accompagne ses clients dans la mise en place de solutions personnalisées visant à améliorer leur compétitivité. Alma Consulting Group (CA 164 Millions d’euros et 1 300 collaborateurs) est pré­ sent au Benelux, au Canada, en Espagne, en France, en Hongrie, en Pologne, au Portugal, en République Tchèque et au Royaume-Uni.

Estelle GuilleminEstelle Guillemin, responsable veille et analyse secto­rielle, fait partie du département Marketing Corporate, intégré à la Direction de !’Organisation. Elle s’adresse aux 1300 collaborateurs du groupe, commerciaux, responsables marketing, direction générale, auditeurs et consultants. L’.équipe veille est en charge non seulement de la veille stratégique internationale et de la veille concurrentielle, mais aussi de la veille métier et réglementaire. Estelle Guillemin et sa collègue Caroline Brousseaud sont spécialement chargées du projet « Communautés d’Experts ». Elles animent les différen­ tes communautés, luxe, cosmétique, BTP, transport, etc. (18 en tout), en leur apportant des informations sur les tendances du marché, les profils  des clients et les aident à comprendre la problématique de ces derniers.

Estelle Guillemin utilise KB Crawl depuis 2009. Le logiciel lui permet de sur­ veiller toute l’actualité de ses comptes stratégiques, et de « gagner beau­ coup de temps » dans sa consultation quotidienne des sites internet. Elle uti­ lise également Europresse, pour la consultation de la presse et dispose aussi d’outils agrégateurs de flux RSS. Chaque veilleur utilise ses propres outils, mais inscrit ses contributions sur la même plate-forme collaborative.

Estelle Guillemin n’a pas reçu de formation en veille, mais en marketing, études de marché,  prises de décision marketing, à l’université de  Nantes. Elle bénéficie surtout, dit-elle,  « d’un tempérament curieux ».

KB Crawl Newsletter – Edito « Quand la banquise devient icebergs »

Quelle est loin cette représentation immaculée, homogène et monolithique d’Internet ! Le temps où comme une banquise boréale le réseau de tous les réseaux unifiait et rassemblait les différents courants pour nous présenter un front de mer d’apparence paisible. De cette banquise il était facile • pour peu que l’on sache faire fondre la glace – de faire couler un flot limpide et pur d’eau douce. Mais la banquise devient icebergs, surfant sur des courants plus ou moins agités, et  » l’Internet  » devient  » les lnternets « , chacun développant sa propre dynamique, ses dérives parfois. Et l’homme dans tout cela ? Comme toujours, il s’adapte, évolue, expérimente puis progresse. Homme de l’Atlantide, dominant le web profond, il apprend à naviguer d’un  » infospace  » à un autre, d ‘un flux à u n usage, d’u ne pépite entourée de glace à une mine de données. Ces explorateurs du cyber-savoir doivent se doter de solutions de repérages, d’alertes, de boussoles, longues-vues ou transmetteurs … Le métier de KB Crawl est bien de créer avec vous, grâce à vos intelligences, cette nouvelle « boite-à-outils » logicielle qui vous assurera un bon voyage. A ces navigateurs, KB Crawl espère faire découvrir de nouveaux horizons, en toute sécurité.
Bruno ETIENNE
Président Fondateur

KB Crawl Newsletter – Décryptages

« Technique de veille, retour d’un professionnel de l’information ». Par Alfred Huot de Saint Albin

Nous avons demandé à Alfred Huot de Saint Albin, praticien de la veille, de nous commenter son ouvrage et de dégager les principales tendances qu’il a détecté dans ce domaine au niveau des attentes des utilisateurs et des répon- ses du marché des logiciels et de services.

(Collection AEGE. Editions La Bourdonnaye.)

« A mon avis, il est possible de distinguer plusieurs tendances concernant la veille. Le constat que j’en fait est le suivant : les « consommateurs » de veille comprennent désormais qu’il n’est plus possible de surveiller tout internet en une unique prestation, à un coût dérisoire. Internet a trop évolué, et nécessite désormais des compétences pour chaque type de veilles, qui vont nécessiter, je pense, de plus en plus de spécialisation. La veille stratégique sur les réseaux sociaux est par exemple une demande en forte croissance. L’impact de l’image et la notoriété d’une société sur les réseaux sociaux est désormais crucial pour celle-ci.

Et malheureusement pour ces consommateurs, la veille sur les réseaux sociaux est très délicate, car l’environnement évolue sans cesse, et les outils de veille grand public peinent parfois à suivre. C’est pourquoi la veille devient un marché en croissance, avec de nombreux services autour de la veille se créent chaque année, souvent en forme SaaS (software as a service). Et si les grands comptes sont toujours des cibles privilégiées pour ces fournisseurs, la PME rentre désormais dans leurs périmètres. Il y a une démocratisation de la veille qui permet de mieux appréhender son environnement, avec un coût abordable.

Une autre forme de veille est exploitée par les sites proposant des informations sectorielles. Ici, le service et le rendu ne sont pas malléables comme un SaaS mais résident dans la délivrance d’un résultat avec un seul formatage à tous les abonnés. C’est par exemple le cas de site pro- posant une veille sur la mise à jour d’une réglementation, la publication d’appels d’offre, etc.

Le marché de la veille va en spécialisant. Et il n’est pas rare qu’un client demande à son four- nisseur de veille de développer une veille spécifique, sur une thématique et un périmètre très précis, mobilisant des compétences pour la mettre en place. A plus long terme, j’estime que l’influence des big data va modifier le paysage de la veille. D’un coté, les solutions proposées permettront de traiter toujours plus de données sur un même secteur/périmètre, tout en leur donnant du sens. De l’autre, je pense que l’on verra émerger des services d’agents intelligents qui parcourront le web à la recherche des informations demandées.

Ces agents supprimeront les doublons, synthétiseront les informations avec l’enjeu de fournir un nombre de résultats limités mais pertinents. Un service aux antipodes de Google qui nous noie avec ses millions de résultats. La répétition de l’utilisation de cet agent permettra de met- tre en place un format de veille nouveau, dépassant, au moins partiellement, les contraintes de définition des périmètres de sources et mots clés. » Merci Alfred Huot de Saint Albin. ITV J.Sala

 

Pour ceux qui ne s’en seraient pas encore aperçu, il existe un Syndicat Français de l’Intelligence économiqu Et il y a même un site (www.synfie.fr) où l’on peut retrouver ces spécialistes confirmés.

Son non nouveau président, Alexandre Medvedowsky, a été élu à la tête du SYNFIE lors de l’Assemblée Générale du 15 Avril 2014. Il succède à Philippe Caduc, Président de l’ADIT, “qui a permis en 2 ans de faire du syndicat une  organisation  représentative, structurée et en ordre de bataille.”

Le second événement que nous voulions mettre en lumière est justement un rendez-vous organisé en association avec le Syndicat de l’Intelligence Economiqu Il s’agit de la “Journée nationale de l’Intelligence économique” qui se tiendra le 20 juin sur le thème de “Pensée dominante versus liber té de l’information”. L’Ecole de Guerre Economique réunit plusieurs partenaires tels que Theatrum Belli, l’AEGE et l’INHA, CCI France, la Fondation Prométhéus, le Portail de l’Intelligence Economique. Un rendez-vous à ne pas manquer.

KB Crawl Newsletter – La “minute” du veilleur

Conseils, trucs et astuces pour mieux utiliser les solutions KB Crawl

Les identifiants de session… Ou comment ne pas déclencher des faux-positifs.

Certains sites ont des adresses URL qui diffèrent à chaque connexion, même si la page résultante est la même. Pour ignorer les paramètres d’URL qui sont susceptibles de chan- ger à chaque crawl et d’induire de fausses alertes, il est possible de renseigner ces derniers dans le cadre « Paramètres à ignorer » de l’onglet « Suivi de session » de la fenêtre «Propriétés de la source ». Les noms de ces paramètres doi- vent être séparés par un « ; ». Lorsque les identifiants des sessions utilisées ne sont pas classiques, il est possible de masquer certaines parties de ces URL.

Ainsi, il faut saisir une borne gauche et une borne droite qui sont des chaines de caractères statiques contenues dans les adresses URL à traiter. La borne droite peut être vide, signi- fiant ainsi que la limite sera la fin de l’adresse URL.
Un exemple : Sur le site https://www.monsite.fr/web/site/groupe/accueil/presse/co mmuniques_de_presse, les liens ont la structure suivante : https://www.monsite.fr/web/site/groupe/accueil/presse/communiques_de_presse/2014/nominations_groupe;jsessio-nid=85E01F876C81F45DD0F16872EA88D4AC avec les valeurs de jsessionid qui varient à chaque visite de la page.
Pour traiter cette url, créer une entrée « Paramètres à ignorer » en saisissant « jsessionid » dans la zone borne gauche.